webleads-tracker

Dossier Plan de Mobilité : Quels impacts attendre du plan de mobilité ?

Les avantages de la mise en place du plan de mobilité

Le vélo : une solution pour le plan de mobilité

Dans le cadre de la loi mobilité, le vélo est l’un des premiers moyens de transport recommandé pour remplacer la voiture particulière. Ainsi, le plan de mobilité encouragé par le gouvernement permettra de changer les habitudes de transport. Après étude, choisir le vélo c’est lutter contre l’effet de serre, préserver sa santé, sélectionner un moyen de transport sécurisé, réaliser des économies d’énergie et soutenir son entreprise dans sa démarche de réduction de la pollution en ville.

Le vélo : ses effets positifs sur l’environnement

L’utilisation du vélo urbain entraîne d’importants effets positifs sur l’environnement puisqu’il ne produit aucune émission de particules fines ni d’énergie fossile et en conséquence ne rejette pas de CO2. De plus, le vélo offre des avantages sur l’aménagement urbain pour une ville durable. Il permet aux villes d’obtenir des voies de communication peu encombrées et d’utiliser beaucoup moins d’espace qu’une voiture pour se garer. Une place de voiture permet de ranger 7 à 9 vélos.

Le vélo pour une meilleure santé

Nos habitudes de transport ont une incidence importante sur notre santé. Aller au travail en vélo réduit les AVC, les maladies cardio-vasculaire, plusieurs types de cancer, mais aussi, diminue le risque de maladies comme l’ostéoporose, le diabète de type 2… et permet de mieux gérer son stress. À savoir que 30 minutes par jour de vélo a pour conséquence de réduire de 30 % les risques de contracter une maladie cardio-vasculaire. Concernant les accidents de la route, les statistiques indiquent qu’il y a 1 mort lié au trafic routier contre 4 par la pollution et plus de 8 par le manque d’activité physique. Des études ont été menées prouvant que les cyclistes ne sont pas davantage exposés aux polluants que les conducteurs de voiture. Au contraire, le cycliste est moins exposé en intensité et en temps à la pollution atmosphérique. Le vélo est donc un excellent moyen pour améliorer ses conditions physique, entretenir sa forme et mieux supporter le stress.

Le vélo : un moyen de transport sécurisé

Grâce aux nombreux itinéraires cyclables créés dans les villes, le vélo urbain est un mode de transport plus sûr que la voiture. De plus en plus, la limitation de vitesse des voitures est abaissée à 30 kilomètres heure dans les centres villes, ce qui génère une diminution des risques d’accident pour les cyclistes. Ce mode de transport durable est une solution rapide puisqu’un cycliste roule à 15 kilomètres heure en ville alors que la vitesse moyenne d’un véhicule est de 14 kilomètres heure.

Le vélo : un moyen de transport économique

En sélectionnant le vélo comme mode de transport, ce sont autant les ménages que les collectivités qui réduisent leurs dépenses. À contrario de la voiture, le vélo ne dépense aucune énergie, une façon importante de réduire le budget transport des ménages. Une famille qui modifie ses habitudes de transport, passant de la voiture au vélo, une mobilité douce, réduit son budget transport pratiquement de moitié. Le coût de l’indemnité kilométrique du vélo reste faible par rapport à celui de la voiture. Le vélo demande peu d’entretien. Chaque famille le constate, la voiture est un véritable gouffre financier lorsqu’on additionne le prix du véhicule, son entretien, l’essence et l’assurance. Concernant les collectivités, l’État et les départements engagent régulièrement des dépenses conséquentes pour entretenir les routes. Les frais des itinéraires cyclables sont plus faibles – et pour voir combien coûte un vélo électrique, voici notre article. Les coûts calculés : 0.06€ par recharge.

Le plan de mobilité et les avantages pour une entreprise d’inciter ses salariés à des déplacements en vélo

Pour les entreprises dont les salariés choisissent le vélo, il est constaté que ces derniers sont moins stressés, donc plus productifs. Une étude réalisée par l’university of east anglia souligne que les salariés allant travailler en vélo sont plus heureux que les autres. Ils profitent d’un transport doux puisqu’ils roulent à leur rythme sans rencontrer d’embouteillages. Les déplacements sont effectués plus rapidement qu’en voiture. Grâce à la mise en place du P.D.E. l’entreprise bénéficie de plusieurs aides écomobilité provenant de l’ADEME et du Conseil régional. Les entreprises qui structurent un plan de mobilité, afin d’inciter les salariés à développer les trajets en vélo, voient une solution au stationnement : une place de vélo demande 5 fois moins de m² qu’une voiture.

Dernier argument mais non des moindre : l’image et une meilleure gestion des ressources humaines. Car mettre à disposition des salariés un service de vélopartage, c’est se démarquer, attirer de meilleurs profils et garder ses meilleurs éléments. Attirer les talents et faisant du vélo et en cultivant une bonne image, auprès de ses salariés comme auprès du public, le plan de mobilité permettra d’améliorer sensiblement toutes les facettes de la vie en entreprise et leur compétitivité sur le marché du travail. Tout le monde y gagne.

Mobilité durable : l’indemnité kilométrique

Une station de VAE avec borne de rechargement

Indemnité kilométrique vélo : principes et avantages

Pour encourager les employés à l’utilisation du vélo, la loi prévoit un système d’indemnisation pour ceux qui en font usage pour se rendre sur leur lieu de travail. Appelée indemnité kilométrique vélo, cette disposition n’est certes pas obligatoire, mais elle est profitable aux entreprises qui y adhèrent.

Comprendre l’indemnité kilométrique vélo

La dite indemnité kilométrique vélo (IKV) est une disposition qui implique une prise en charge des frais liés aux déplacements à vélos pour le trajet domicile-travail. Versée qu’à ceux qui utilisent le vélo, cette indemnité est calculée en fonction du nombre de kilomètres parcourus. A hauteur de 0.25 € par kilomètres parcouru, elle tient compte de la distance la plus courte effectuée sur le trajet domicile-travail-gare. Aussi, elle est exempte de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu. Toutefois l’application de l’IKV, n’est pas obligatoire.

Laissée à la bonne guise de l’employeur, celui-ci peut décider ou non de l’appliquer. Dans le cas échéant de son application, elle se fait soit en accord avec les représentants syndicaux de la société ou par une décision exclusive de l’employeur après consultation du comité d’entreprise.

Spécialement dirigée vers le secteur privé, l’indemnité kilométrique vélo est notamment applicable au secteur public à titre expérimental. Sont concernés depuis septembre 2016, les agents des ministères en charge du logement, du développement durable, et des institutions publiques. Ce test est valide jusqu’au 31 août 2018.

Aussi, le remboursement des 50% des abonnements aux transports collectifs peut être cumulé à l’IKV. Cela n’est possible que si le vélo est utilisé pour un trajet de rabattement. C’est-à-dire, un parcours effectué à vélo pour se rendre soit à une gare ou à une station.
Pour profiter de l’indemnité kilométrique vélo, la loi ne prévoit pas de documents justificatifs spécifiques. Cependant, il est parfois demandé à l’employé de fournir une déclaration sur l’honneur concernant son utilisation du vélo comme moyen de transport et d’autres pièces justificatives que l’employeur jugerait utile. Il est également à noter que l’indemnité versée à l’employé ne doit pas aller au delà de 200 €. Cependant, l’employeur peut lui-même fixer son montant minimum ainsi que son plafond.
Sont pris en compte pour cette disposition, tous types de vélos : le vélo électrique, les vélos cargos, les vélos pliants, les vélos couchés, tandem, les vélos ordinaires dits classique, etc.

Indemnité kilométrique vélo VAE électrique mobilité durable

Une station de VAE avec borne de rechargement Green On

Pourquoi adopter l’Indemnité kilométrique vélo ?

Relative à la loi de finance rectificative (LFR) de 2015, les employeurs qui épousent la politique de l’indemnité kilométrique vélo, bénéficient d’une exonération de cotisations sociales. Cette exonération ne doit excéder la limite de 200 € par an, et par employé.
Quant à l’employé, il est exonéré d’impôts sur son revenu.

Pour aller plus loin, l’indemnité kilométrique vélo a pour but de faire la promotion des moyens de transport doux. Impact environnemental bénéfique, apport à la santé, travailleurs heureux, les entreprises qui ont testés l’indemnité kilométrique vélo ont vu l’effectif des travailleurs utilisant le vélo augmenter.

Eco-Conduite : passer de la voiture au vélo

Photo by Adrian Williams on Unsplash

Pourquoi utiliser le vélo plutôt que la voiture pour ses déplacements

Vous en avez assez d’arriver stressé, nerveux et surtout en retard à votre travail ? Certes, votre voiture est spacieuse et belle, mais elle ne vous apportera surement pas autant de bonheur que le vélo électrique. Un bref retour sur le principe dit « eco-conduite »

Terminés les embouteillages et ses contraintes

En optant pour le VAE, vous pourrez slalomer entre les voitures durant les heures de pointe, vous faufiler dans les raccourcis et les recoins, gravir les côtes sans effort et repartir facilement après chaque feu. Le vélo à assistance électrique contribue d’ailleurs à garantir une ville plus durable. En adoptant une eco-conduite, vous arrivez non seulement à l’heure, faites du sport, mais participez également au respect de l’environnement.

Distances plus longues VAE Green on velopartage velo electrique eco-conduite

Particulièrement utilisé pour le trajet domicile-travail, le vélo à assistance électrique se présente comme l’un des moyens de transport les plus pratiques et confortables pour se déplacer en milieu urbain. Il permet d’échapper aux insupportables inconforts du bus, aux annulations et retards des métros, mais surtout aux grosses dépenses engendrées par les véhicules particuliers. La facilité qu’apporte l’assistance électrique permet de plus de faire de plus grandes distances.

Eco-conduite : pour le plaisir de se déplacer

Pollution de l’air, effet de serre ou encore dégradation du paysage, les impacts de l’automobile sur l’environnement sont tout sauf négligeables. Le mal-être et l’atteinte à la santé du conducteur comme des piétons se font toujours plus présents dans notre quotidien. La notion dite « eco-mobilité » apparaît donc naturellement.

Cette solution de mobilité durable contribue à améliorer notre confort et notre santé en nous incitant à faire de l’exercice tout en restant pratique. Ainsi, un vélo électrique permet d’éviter des trajets en voiture – moins polluer, moins encombrer les rues et les places en ville – mais aussi permet de pratiquer une activité physique régulière.

VAE vélo électrique green on eco-conduite

Gagner du temps et de l’argent

D’après l’étude « Etude d’évaluation sur les services vélos »menée par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) (qui nous a par ailleurs fournis les chiffres que vous voyez au-dessus), les déplacements en vélo électrique seraient plus rapides que ceux en voiture en agglomérations urbaines.

Beaucoup préfèrent notamment le vélo à assistance électrique à la voiture grâce aux plus faibles dépenses en carburant et en entretien. La fréquence et les coûts d’entretien sont, en effet, presque trois fois moins importants pour le vélo partage que pour les véhicules particuliers.

Alors combien coûte un vélo électrique ? Faisons le calcul. En admettant que le vélo possède une batterie standard de 400Wh, et sachant que le coût actuel du KWh d’électricité est d’environ 0,15 le kWh : 0,400 kWH x 0,15 euros = 0,06. Une recharge complète de la batterie coûtera donc 0,06 euros. Si l’on travaille à environ 5km de son travail, sachant que la batterie à une autonomie d’environ 50km, et que l’on travaille 5 jours par semaines : 0.24 centimes par mois en coût énergétique.  Je vous laisse comparer au cours du pétrole.

Par souci d’objectivité, notons tout de même qu’il faut ajouter à cela le coût d’entretien régulier, le rachat de la batterie tous les 4 ans environ (elles supportent en moyenne 500 charges), et bien entendu la charge initiale de l’achat du vélo. Tous ces ajouts restent cependant largement inférieur à la voiture et au scooter. Le mot eco-conduite peut alors se comprendre dans les deux sens du terme.

Bonne route à tous !

Le vélo électrique pour faire du sport sans se fatiguer

Le vélo électrique : une activité sportive sans fatigue

Bien que le vélo soit aussi écologique qu’économique, nombreux sont ceux qui hésitent à le pratiquer en raison de l’effort beaucoup trop important qu’il demande. La meilleure solution ? Adopter la machine révolutionnaire des amoureux du sport : le vélo électrique, ou VAE (Véhicule à Assistance Électrique).

Booster sa forme avec le vélo électrique

Avec ce type de vélo, il vous sera possible de vous exercer sans devoir traîner votre engin lors des montées et ainsi vous fatiguer. Résultat, l’exercice devient un plaisir s’il ne l’était pas encore. La mobilité électrique vous permettra d’allier plaisir et praticité, elle se chargera des parcours difficiles en vous laissant profiter pleinement de votre itinéraire à votre rythme.

La légèreté et la facilité de cette mobilité douce vous donneront l’occasion de partager des moments à deux ou en famille : chacun sera à même de suivre le rythme facilement, et en s’exerçant. L’occasion de faire travailler les muscles et les articulations sans y penser.

Malgré les apparences, il ne s’agit nullement d’une mobylette électrique. Le vélo possède, en effet, des pédales qu’il est faut utiliser pour pouvoir le faire rouler. Il présente différents niveaux de vitesse, permettant à l’utilisateur de s’améliorer progressivement dans son activité physique.

Le vélo électrique, un bon sport pour la santé

Comme il est équipé d’une batterie, certains hésitent à classer ce type de vélo parmi les activités sportives. Il a cependant été prouvé qu’il s’agit bien d’une activité physique offrant les mêmes vertus que sa version classique  : la  FFM (Fédération Française de Motocyclisme) a annoncé le premier Championnat de France de E-VTT Enduro réservé aux VTT à Assistance Électrique. Avec des vitesses autour des 45km/h, la compétition promet d’être impressionnante.

Cette mobilité douce se présente comme un excellent moyen de maintenir sa forme étant donné qu’elle est autant bénéfique pour le cœur que les poumons. Électrique ou pas, les exercices de pédalage permettent de prévenir le cancer du sein et du colon.

Il s’agit notamment de l’activité idéale pour les personnes atteintes de problèmes respiratoires et de surpoids étant donné qu’elle limite les efforts requis tout en préservant des douleurs articulaires.

Amélioration du rythme cardiaque ou encore réduction de la tension et du cholestérol, nombreux sont les avantages proposés par la pratique du vélo électrique. Elle permet la réconciliation des personnes en froid avec une quelconque activité sportive.

Le vélo partage pour amateurs et débutants

Le vélo électrique a l’avantage d’avoir pour lui la vitesse, et ainsi d’offrir une sensation de facilité agréable à chaque déplacement. Surnommé le vélo des fainéants, le vélo électrique permet quand même de pratiquer régulièrement une activité sportive.

Il trouvera bon nombre d’intéressés auprès de toute personne souhaitant pratiquer un sport efficace et qui ne demande pas trop d’efforts durant les dimanches après-midi, seul ou avec les amis.

A noter que l’usage du VAE attire de plus en plus les travailleurs urbains pour qui les avantages sont doubles :

  • Placer une session sportive dans un emploi du temps chargé.
  • Aller au travail en vélo – plus agréable, plus sain et même plus rapide que le métro -, sans arriver en sueur.
vélo électrique sport famille VAE

Une illustration du cycliste urbain dans son environnement naturel

Dossier : le plan de mobilité, définition et mise en place

Le plan de mobilité : solution de déplacement entreprise. Mise en place et définition

Qu’est-ce que le plan de mobilité ?

Le Plan de Déplacement Entreprise, appelé P.D.E ou plan de mobilité est une solution qui permet d’améliorer les déplacements relatifs aux activités professionnelles. Les actions du P.D.E. contribuent à réduire les déplacements des salariés, offrir une solution de déplacement autre que la voiture et un meilleur respect de l’environnement en dégageant moins de CO2. Les entreprises qui mettent en place ce projet profitent d’avantages financiers.

Plan de mobilité vélo-taffeur-Green-On

Qui peut profiter du plan de mobilité ?

Le P.D.E offre la possibilité aux entreprises, aux collectivités locales, aux administrations, aux hôtels et aux aéroports de mieux gérer les déplacements de leurs salariés. Cette démarche d’éco-mobilité concerne les salariés mais aussi les clients, les fournisseurs, les visiteurs ayant besoin d’accéder à une adresse non gérée par les transports en commun et qui de ce fait oblige les différents acteurs à prendre leur voiture personnelle. Les écoles et les universités sont également concernées par la mobilité durable. De façon à réaliser une solution P.D.E., un autre moyen de transport autre que la voiture individuelle doit donc être proposé.

Loi sur la mise en place du plan de mobilité

L’article 51 de la loi du 17 août 2015 sur la loi mobilité concerne la transition énergétique. Elle implique que toute entreprise de plus de 100 salariés travaillant sur un même lieu et située sur un plan de déplacement urbain élabore un plan de mobilité pour le 1/01/2018 afin d’améliorer l’éco-mobilité de ses salariés. Chaque entreprise doit adresser à l’autorité organisatrice du plan de déplacements urbains son plan de mobilité.

Mise en place du Plan de mobilité

La mise en place du plan de mobilité nécessite plusieurs étapes :

1) Préparer le projet : les entreprises se voient régulièrement confrontées au manque d’espace pour le stationnement des voitures personnelles, aux retards de leurs salariés dus à leurs déplacements et règlent des frais élevés lorsqu’elles disposent de voitures de service. Les entreprises concernées ont en conséquence pour mission première d’analyser l’offre des transports et des déplacements de leurs salariés. Après avoir pris la décision de faire évoluer l’entreprise vers le transport durable, un chef de projet de l’entreprise est nommé pour le suivi du projet.

2) Diagnostic : analyser les impacts sur l’environnement. Identifier les points forts et les points faibles des services de transport permet de connaître les améliorations à apporter. L’entreprise fait réaliser un bilan carbone qui comptabilise les émissions de gaz à effet de serre. À la suite, des recommandations sont notifiées. En participant à une politique environnementale, l’entreprise ou l’administration donne ainsi une bonne image d’elle-même.

3) Plan d’action : le plan d’action mis en place consiste à apporter des solutions de mobilité douce afin que la voiture personnelle ne soit plus utilisée. Chaque entreprise trouve les siennes. Elles peuvent être la création d’un kit piéton avec imperméable et parapluie, d’un kit cycliste comprenant un casque, des réflecteurs, voire un vélo, l’aménagement d’un garage à vélos, favoriser les transports collectifs en la prise en charge d’un abonnement réglé par l’employeur…

4) Mise en œuvre : le programme des actions à mener selon un calendrier doit être établi ainsi qu’un plan de financement. Les entreprises peuvent faire appel à un expert conseil en mobilité entreprise. Ce dernier réalise dans un premier temps, un diagnostic, propose des solutions et met en place un plan de mobilité entreprise entièrement adapté à l’entreprise.

5) Suivi : au fur et à mesure de l’avancée de la mise en œuvre du P.D.E., il est essentiel d’évaluer le ressenti des salariés afin de cerner leurs besoins et à la suite ajuster les actions déjà mises en œuvre.

Aides au financement du projet

Différentes aides financières sont proposées aux entreprises pour les aider dans leur projet du plan de déplacements entreprise. L’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) apporte un appui technique et financier afin d’obtenir les partenaires nécessaires. Le conseil régional d’Île de France soutient la réalisation du plan de mobilité inter-entreprise. Pour les différentes études, un apport de 50 % plafonné à 75 000 € est attribué. Pour les actions, un apport de 40 % maximum plafonné à 200 000 € sur trois ans. Concernant la mise en place des chargés de missions, un taux de 50 % est attribué plafonné à 230 000 € sur 3 ans maximum. Ces aides sont cumulables dans la mesure où elles ne dépassent pas 70 % de la totalité des subventions.

Agenda 2018 des événements autour du vélo

Photo by Estée Janssens on Unsplash

L’agenda 2018

En cette nouvelle année, nous avons recensé pour vous les principaux événements vélo qui auront lieu pour garnir votre nouvel agenda 2018.

Rencontre nationale du Club 2018 « Tous écomobiles, tous à vélo ! » (14 mars 2018)

La Rencontre 2018 du Club des villes et territoires cyclables invite à faire le point sur la place du vélo et des modes actifs dans le vaste champ de l’écomobilité, scolaire d’une part, en entreprise d’autre part, à l’heure où se développent et doivent encore se multiplier les initiatives écomobiles et plans de mobilité qu’ils émanent d’une démarche volontaire ou obligatoire.
Programme à venir ici.

Salon Mondial du Tourisme 2018 (Paris, du 5 au 18 mars 2018)

A marquer dans les agendas ! Grâce à la Palme du Tourisme Durable, gagnée l’an dernier, Green On sera présent dans les allées du Mondial de Tourisme, pour vous accueillir sur un stand partagé avec les autres lauréats – Ecolodge La Belle Verte, Réseau Des Grands Sites De France, Echologia, Terres Des Andes Et Babel Voyages.

Le site officiel ici

Fête du vélo (dans toute la France, du 28 mai au 03 juin 2018)

Un moment de partage et de convivialité pour fêter la pratique du vélo autours de diverses activités telles que des randonnées en famille, des circuits découvertes, des courses ou démonstrations sportives mais aussi des brocantes, des balades nocturnes ou encore des expositions photos.
Pour en savoir plus

Semaine du développement durable 2018 (du 30 mai au 5 juin 2018)

Ouvert à tous, cet événement dédié au développement durable permet de se concentrer sur les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) présents dans le fameux agenda 2030, et ce à l’échelle européenne. La Semaine Européenne du Développement Durable (SEDD) est une mobilisation qui vise avant tout à faire adopter des comportements responsables et à proposer des solutions concrètes en faveur de l’environnement par le biais d’activités, de projets et d’événements : conférences, ateliers, visites, balades, tests… Pour tous les âges et tous les goûts.
#SEDD2018 #ESDW2018
Pour en savoir plus

Vélo-City (Rio, du 13 au 16 juin 2017)

Le plus grand salon dédié aux vélos. Pour la première fois, le salon se fera en Amérique du Sud, dans la ville organisatrice des JO. Un peu loin, certes, mais quel beau cadre ! Le thème dans cet agenda 2018 sera l’accès à la vie, lié aux objectifs d’inclusion du vélo : la cité du futur est une cité qui offre un accès à la vie. Les conférences abordent toutes les facettes de la mobilité : technologie, gouvernance, infrastructure, santé, data. Bref un programme ambitieux qui se résume ainsi : « apprendre à vivre pour atteindre le bonheur et la qualité de vie, car nous devons intégrer la vie et le transport pour générer une économie vivante »
#VC17
Pour en savoir plus

Eurobike (Friedrichshafen, du 08 au 10 juillet 2018)

L’un des plus grands salons de vélo au monde. Situé à Friedrichshafen (Allemagne), l’événement rassemble plus de 100 000 m² de stands et 1280 exposants. Eurobike demeure le point de rencontre incontournable de l’industrie internationale du vélo : 42 590 visiteurs professionnels en 2017 et 22 160 fans de cyclisme venus de 101 pays au lac de Constance pour s’informer auprès des 1 400 exposants de 50 pays sur les nouveautés, les nouveaux équipements et les services futurs du secteur mondial du cyclisme. Impressionnant.
#EurobikeShow
Pour en savoir plus

Tour de France (du 7 au 29 juillet 2018)

Un incontournable dans un agenda estivale, même si le vélo électrique n’est pas son thème (préféré). Sa 105ème édition aura lieu en juillet prochain avec un parcours presque 100 % en France. Hormis un court passage d’une quinzaine de kilomètres en Espagne lors de la 16e étape Carcassonne > Bagnères-de-Luchon, cette édition du  Tour de France ne sortira pas des frontières de l’Hexagone. 36 départements seront traversés et le Pays basque qui n’avait plus été visité depuis 2006 figurera à nouveau sur la carte du Tour.
#TDF2017
Pour en savoir plus

Semaine européenne de la mobilité (du 16 au 22 septembre 2018 – 17ème édition)

« Bougez autrement ! », c’est le maître mot de la Semaine Européenne de la Mobilité. L’objectif de l’événement est d’inciter le plus grand nombre de personnes à adopter une démarche éco-citoyenne pérenne en privilégiant les déplacement doux et alternatifs à la voiture particulière : transports publics, covoiturage, autopartage, vélo… La Journée sans Voiture (date à venir) fait partie intégrante de la Semaine Européenne de la Mobilité.
C’est aussi le cas de la Journée du Transport Public, prévue le 15 septembre 2018, dont l’objectif est avant tout de valoriser les offres de transport public proposées au quotidien tout en faisant passer des messages d’éco-mobilité, et la Journées nationales des voies vertes du samedi 15 et dimanche 16 septembre, destinées à mieux faire connaître tous les aménagements ouverts aux usagers non motorisés.

Pour en savoir plus sur la Semaine de la Mobilité.

Contact

Rejoignez-nous sur Facebook 

Suivez-nous sur Twitter 

Regardez nos vidéos sur YouTube