webleads-tracker

Green On participera au forum New Work, en parallèle du salon Produrable

Le salon Produrable est le rendez-vous incontournable des acteurs de la RSE et de la nouvelle économie responsable. Au sein de ce salon, Green On sera présente sur le  « Village New Work » au Pavillon des Start-Up. NewWork est un side-event entièrement dédié aux révolutions du monde du travail. La question posée par cet évènement : « à quoi ressemblera le travail de demain » ?

Produrable Green On vélopartage vélo électrique

La question de l’évolution du travail

Le monde du travail est actuellement en pleine mutation : mondialisation, changements technologiques, nouvelles pratiques managériales. Si l’on en croit une étude du Think Tank « l’Institut du Futur », 85% des emplois en 2030 n’existent pas aujourd’hui.

Dans ce contexte de mutation profonde du monde du travail, Green On intervient en proposant un mode de transport alternatif à l’autosolisme. Outre les bénéfices environnementaux, le vélo électrique pose la question plus large de la mobilité des salariés, leur permettant d’accéder à un mode de transport individuel, flexible et rapide.
Et lorsque on les interroge, 68% des Français font de l’agilité la compétence clé que les travailleurs devront maîtriser dans le futur, et 42% d’entre eux se disent séduits par l’idée que les travailleurs seront demain tous nomades et que ce sera la fin du bureau comme lieu de travail principal (Etude JLL, « Travail liquide, augmenté, disrupté… Pour quel futur les Français sont-ils prêts ? », mars 2017).

Comment l’entreprise peut-elle contribuer plus et mieux à la société ? Quelle séparation, quel équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ? Comment améliorer le bien-être au travail ? Santé, économies, ville apaisée, temps gagné, plaisir de se déplacer… Le vélo apparaît comme un maillon crucial de la mobilité pour répondre à tous ces enjeux. Par sa simplicité et sa flexibilité, il constitue un levier indéniable de changement pour tous, territoires,  organisations privées et publiques.

Le salon Produrable

Organisé sous le haut patronage du Ministère de la Transition écologique et solidaire, soutenu par les principaux réseaux professionnels (EPE, ORSE, OREE, etc.), la 11ème édition aura lieu les 4 & 5 avril 2018 au Palais des Congrès de Paris, avec le fil conducteur « Primum Non Nocere… » (En premier lieu, ne pas nuire…).

Plus de 5 000 visiteurs sont attendus et assisteront aux 90 plénières, tables rondes, keynotes et ateliers. Venez nous voir pour découvrir nos solutions de véopoartage de vélos électriques, une station de démonstration et nos vélos vous attendent.

« En premier lieu, ne pas nuire … ». Le principe de non malfaisance est au cœur de la Transition écologique et solidaire qui s’impose. Tout commence par là : construire sans détruire, exploiter sans spolier, produire sans contaminer le vivant, nourrir sans compromettre la santé, travailler sans asservir, et gagner sans exclure… Au-delà, il y aurait le « faire du bien » … C’est l’étape du dessus, celle des « Best in Class », qui compensent, restaurent et réparent, qui rétablissent le lien de confiance entre l’économie et l’homme, qui inscrivent même dans leur mission, voire leur statut, la poursuite d’un intérêt général. Les organisations, les entreprises, et aujourd’hui les marques, prennent enfin la mesure de l’enjeu et sont en ordre de marche !

Plus d’informations sur www.produrable.com et www.new-work.co

Produrable

Produrable

Le vélotaf : un bref guide pour tout savoir sur ses bénéfices

Les beaux jours arrivent (les grèves aussi), nous vous proposons d’en profiter (et de les éviter si possible) : mettez-vous au vélotaf ! Et le mieux : pas besoin d’être sportif ou de se préparer au Tour de France. Il s’agit plutôt de démarrer en douceur et prendre de bonnes habitudes. Vous pourrez y prendre goût et vous lancer dans une carrière professionnelle par la suite si vous le souhaitez. Et pour ce faire, rien de mieux que de se rendre chaque jour au travail à vélo (d’où vient le mot vélotaf ). Vous allez voir que vous aurez tout à gagner à adopter ce mode de déplacement aux multiples avantages. Pour vous motiver, voici quelques informations à retenir. N’hésitez pas à les partager autour de vous. Vous pourrez certainement encourager la famille, les amis et les collègues qui pourront peut-être devenir vos futurs compagnons de pistes.

C’est écologique

L’argument est simple : une étude estime que la pollution aux particules fines provoque 48 000 morts prématurées par an en France.

Face aux problématiques de mobilité en ville, nous proposons, à notre échelle, le vélotaf, une alternative à la voiture individuelle. Les trajets domicile/bureau sont la principale de cause de nuisance et de congestion : en 2009, 70% des actifs utilisaient leur voiture pour se rendre au travail, et la moitié des salariés travaillent à moins de 8 kilomètres de chez eux (chiffres de l’INSEE). Parmi tous les modes de déplacements, le vélo ne représentait que 2%, il est passé à 4% aujourd’hui !

Alors qu’en faisant 10 km de vélo par jour, soit 5 km aller/retour, vous allez pouvoir contribuer à économiser 700 kgs de CO2 en un an. Le calcul est simple, et la marge de progression immense !

C’est économique

L’ADEME a mis en place un Comparateur de déplacements selon différents modes de transports pour permettre de bien évaluer les impacts. On a fait le calcul : pour un trajet aller-retour domicile/bureau de 10km et en voiture, la consommation d’énergie serait 1.27 kg en essence pour 4.04 kg de CO².

vélotaf ademe

Et on a fait un autre calcul pour les vélos électriques. En admettant que le vélo possède une batterie standard de 400Wh, et sachant que le coût actuel du KWh d’électricité est d’environ 0,15 le kWh : 0,400 kWH x 0,15 euros = 0,06. Une recharge complète de la batterie coûtera donc 0,06 euros. Si l’on travaille à environ 5km de son travail, sachant que la batterie à une autonomie d’environ 50km, et que l’on travaille 5 jours par semaines : 0.24 centimes par mois en coût énergétique.  Je vous laisse comparer au cours du pétrole.

C’est rapide

En ville, un adepte du vélotaf est beaucoup plus rapide qu’une voiture. L’ADEME elle-même le confirme. En vélo, vous roulez en moyenne à 15km/h contre 14 pour la voiture. Le vélo électrique, lui monte à 25 km/h sans efforts (ni pour lui ni pour vous, c’est l’avantage). Et vous évitez en plus les embouteillages. Vous arrivez plus vite au travail tout en étant plus frais – et sans transpirer avec un VAE.

C’est sain

On ne vous apprend rien, l’équivalent de 30 minutes de marche par jour permet de se préserver des maladies vasculaires et cérébrales. Pédaler réduirait les risques de cancer de 15 à 40%. Et plus surprenant encore, c’est à vélo qu’on est le moins exposé aux polluants – la raison est simple : en voiture, l’aération par laquelle entre l’air que vous respirer dans l’habitacle est située au niveau des pots d’échappements, alors qu’en vélo vous êtes plus haut.

Le vélotaf est encouragé

L’IKV. Si vous ne connaissiez pas, nous vous conseillons vivement de vous renseigner. On peut maintenant jouir de l’indemnité kilométrique vélo (IKV). Son fonctionnement s’inscrit dans la loi relative de transition énergétique. Versée à ceux qui utilisent le vélo, cette indemnité est calculée en fonction du nombre de kilomètres parcourus. A hauteur de 0.25 € par kilomètres parcouru, elle tient compte de la distance la plus courte effectuée sur le trajet domicile-travail-gare. Aussi, elle est exempte de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu. Toutefois l’application de l’IKV, n’est pas obligatoire. Laissée à la bonne guise de l’employeur, celui-ci peut décider ou non de l’appliquer. Dans le cas de son application, elle se fait soit en accord avec les représentants syndicaux de la société ou par une décision exclusive de l’employeur après consultation du comité d’entreprise.

C’est toujours un plus…et la ministre Elizabeth Borne souhaite la rendre obligatoire. Vous pourriez être le prescripteur de cette nouvelle aide dans votre entreprise, qui y gagnerait en termes d’image, et de RH

Une station de vélos en libre-service en expérimentation à la Gare de Saint-Nazaire

La SNCF et la CARENE s’associent pour ouvrir avec la société Green On une station de vélos en libre-service, à la gare de Saint-Nazaire et bientôt à la gare de Pornichet.

Le dernier kilomètre

C’est une problématique dont nous entendons de plus en plus parler, il s’agit essentiellement de l’idée selon laquelle c’est le dernier kilomètre parcouru qui est le plus difficile. Pour aller à la gare, ou en venir, il n’existe pas d’alternatives à la marche, la voiture ou les transports en commun. Pour les usagers de la Gare de Saint-Nazaire, la Communauté d’agglomération de la région nazairienne et de l’estuaire (CARENE) et la SNCF expérimentent donc une station de vélos en libre-service afin d’offrir aux usagers une option supplémentaire, plus souple, rapide et confortable, permettant d’éviter l’usage de la voiture, augmentant l’espace disponible pour le parking, réduisant le trafic sur les routes, et réduisant les émissions de CO₂.

Pour les usagers quotidiens

Les trajets gare/bureau et domicile/gare sont particulièrement visés. Venir le matin, prendre un vélo et le ramener le soir : cette nouvelle offre vise principalement les abonnés et les professionnels en déplacement pour la journée. Mais tout le monde peut louer le vélo en libre-service, d’autant plus que s’ouvre bientôt une nouvelle station à Pornichet.

Green On solutions de vélopartage station de vélos en libre-service

Alors combien coûte le service ?

  • Pour les abonnés TER : 9€ par mois pour un usage régulier, 0,5€ de l’heure pour un usage occasionnel.
  • Pour tous les autres utilisateurs : 1€ de l’heure

Les vélos en libre-service, comment ça marche ?

La société Green On inclut dans son offre une plateforme dédiée, accessible sur smartphone, permettant à tous de s’enregistrer afin de retirer le vélo à l’aide d’un code fourni après la demande d’inscription. La plateforme permet aussi de savoir si des vélos sont disponibles en borne, où que vous soyez, afin de prévoir vos itinéraires en fonction des disponibilités.

Ainsi, 45 vélos sont disponibles à la gare de Saint-Nazaire, et 15 à Pornichet. Pour vous inscrire c’est très simple en vous rendant sur vls-carene.fr.

L’ouverture au public prévue le 12 mars à Saint-Nazaire et dans les semaines à venir à Pornichet.

Pour rendre la ville plus agréable, You2You fait appel aux particuliers, pour réduire le trafic logistique en ville.

La logistique urbaine est un système complexe, et les grands acteurs du secteur rencontrent de nombreuses difficultés à en appréhender les évolutions. Pour beaucoup, le respect de l’environnement et la rentabilité ne vont pas de pair, les livraisons multiples et la fluidité du trafic en ville non plus. Pour répondre à ces problématiques, des startups innovantes, dont le modèle repose sur le collaboratif, font leur apparition. C’est le cas de You2You.

You2You

La problématique de la logistique urbaine

Avec l’avènement du e-commerce, et sa constante croissance, le nombre de livraisons chez les ménages a explosé (en France, les ventes en ligne ont augmenté de 15% en 2017). Les effets de telles mutations des modes de consommation ont leurs points noirs : le transport de fret en ville y engendre 20 % du trafic, 30 % de l’occupation de la voirie et jusqu’à 50 % des émissions de gaz à effet de serre et de polluants locaux liées au transport, selon l’Observatoire des politiques et stratégies de transport en Europe. Alors que des circuits très matures techniquement voient le jour, comme le réseau de super-entrepôts d’Amazon, la logistique urbaine reste mal organisée dans de nombreuses villes de France et d’Europe.
Utilisant des véhicules lourds, parfois vétustes et (encore) mal remplis, elle a d’immenses progrès à faire pour s’améliorer, aussi bien pour réduire les nuisances ou pour augmenter son efficacité.

La réponse de You2You

You2You est une startup de la French Tech qui propose une plateforme technologique inédite, connectant les acteurs du e-commerce (retailers, logisticiens, transporteurs..) avec une communauté de particuliers, qui livrent sur leurs trajets personnels. L’idée est simple : greffer le flux de livraisons quotidien aux déplacements du grand public, pour apporter une réponse innovante, économique et collaborative aux problématiques évoquées ci-dessus. Le particulier devient ainsi livreur. Grâce à cela, on peut remplacer le trajet effectué par le camion d’un logisticien classique, par un trajet réalisé par un particulier, trajet qui était prévu dans tous les cas. Cela offre une alternative propre et flexible aux infrastructures lourdes conventionnelles, tout en délivrant une touche plus humaine au client final.

Du côté des clients expéditeurs , You2You permet une livraison sur créneau, à partir de 4€50. Une offre très compétitive par rapport aux prestataires classiques, parfaitement adaptée aux besoins des jeunes startups du e-commerce.

Pour les particuliers qui livrent , les “Youzers” , l’application leur permet de livrer des colis sur leurs trajets quotidiens, commes les déplacements domicile-travail, et de générer un revenus complémentaire facilement et sans contrainte. La “cagnotte” mensuelle des
Youzers est plafonnée à 400€, ils ne peuvent donc pas en faire une source de revenus
principale.

Une entreprise jeune en pleine progression

Crée en septembre 2015 par Hervé Lescure, You2You compte aujourd’hui près de 20 collaborateurs, plus de 1600 entreprises clientes et plus de 40 000 Youzers. Le concept s’est développé dans d’autres villes Françaises et est maintenant en activité à Paris, Lyon, Lille et Bordeaux. Le fond d’investissement Via ID, spécialisé dans les nouvelles mobilités, accompagne la société. Il est aussi au capital de Trusk, Heetch ou encore Drivy. En 2018, l’entreprise lance un grand partenariat avec DHL, l’un des leaders mondiaux de la logistique, pour prendre en charge ses livraisons urbaines, dans Paris pour commencer.

Green On sur le stand du tourisme durable au salon mondial du tourisme

Venez nous voir au Salon Mondial du Tourisme

Green On sera présent au salon mondial du tourisme, du 15 au 18 mars, espace « tourisme durable ».

Le tourisme, une problématique majeure de la mobilité

Alors que l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) annonce plus d’1,2 milliard de touristes en 2016, comment intégrer ces flux aux nouvelles solutions de la mobilité durable ? Et comment les professionnels peuvent-ils adapter et valoriser leur offre face à un touriste aux multiples visages tout en conservant une éthique qui tient compte de l’environnement humain et naturel ?

Le salon Mondial du Tourisme est partenaire des Palmes du Tourisme Durable, organisée par ATD – Acteurs du tourisme durable et Tourmag.com. Il accueille à ce titre les lauréats 2017 : Ecolodge La belle verte, Echologia, Réseau des Grands des Sites de France, Babel voyages, Terres des Andes, et bien entendu, votre serviteur : Green On.

Pourquoi le tourisme et Green On ?

C’est simple : notre action vise à démocratiser le vélo, et de manière générale, la pratique cycliste est porteuse de progrès sur les plans de
La mobilité (circulation et stationnement facilités),
La santé des utilisateurs (activité physique) et des usagers de la ville (meilleure qualité de vie, nuisances aériennes et sonores réduites) ;
L’environnement (moindre place de la voiture au profit d’un transport sans émission carbone à l’exploitation).

Ainsi, le secteur du tourisme serait bien en mal de se passer d’un service pareil. Proposer un service de vélopartage de vélos électriques ou classiques permet de se démarquer de ses concurrents et anticiper les offres mobilité de demain, tout en profitant des retombées médias d’un projet pilote.

Il permet aussi de manifester publiquement un engagement en faveur de l’environnement en promouvant des modes de transport plus durables et en participant à réduire les nuisances urbaines.

Green On a donc travaillé pour de nombreuses entreprises du tourisme, en fournissant des vélos, en équipant un complexe hôtelier, des gares de train, des parkings, etc. Tous ces services permettent d’enjoliver le cadre, promouvoir des déplacements doux, prisés par les touristes, et donner une belle image de l’entreprise comme de la collectivité à l’international.

Alors au plaisir de vous croiser dans les allées du salon, ou sur notre stand, Hall 4, stand H 38 (pas loin du restaurant 😊)

Plus d’informations : www.salons-du-tourisme.com/paris
#salondutourisme #paris

Contact

Rejoignez-nous sur Facebook 

Suivez-nous sur Twitter 

Regardez nos vidéos sur YouTube