webleads-tracker

Actus

Offre d’emploi – TECHNICIEN CYCLE

Offre d’emploi : technicien cycle

Si vous êtes convaincu que le vélo est devenu une composante incontournable et stratégique dans nos transports quotidiens, si vous êtes tenté par l’aventure d’une start-up en pleine croissance, alors contactez-nous !

Green On

Green On, c’est d’abord le leader des vélos électriques partagés entre salariés. C’est plus largement l’opérateur de projets vélo sur-mesure au service des territoires, des entreprises, des acteurs du tourisme et de leurs usagers. Notre ambition : rendre la pratique du vélo plus facile, plus confortable et plus économique, dans la vie de tous les jours comme en vacances.

Green On travaille aujourd’hui avec des clientes entreprises et collectivités dans toute la France : SNCF, Bouygues Immobilier, Bordeaux Métropole, Indigo, la CASQY, Radisson, Aéroports de Lyon, BNP Paribas Real Estate… La société représente à ce jour 40 systèmes de vélopartage, 4500 vélos et près de 15000 usagers. Diversification des clients, projets innovants, design de services et de produits : pour répondre à tous ces enjeux, notre équipe s’étoffe.

Parmi nos dernières réalisations : équiper un éco-quartier en vélos électriques partagés (une première en France), créer une station mobile solaire de vélos électriques en libre-service, assurer l’entretien de tous les vélos loués aux particuliers d’une grande agglomération, permettre aux touristes de louer un vélo électrique avec un simple smartphone…

Votre profil

-Vous êtes titulaire d’un CQP Technicien Cycle -Vous aimez prendre des initiatives et travailler en équipe -Vous êtes dynamique, autonome, organisé, impliqué, rigoureux, ponctuel -Vous maîtrisez les bases de la suite Office -Vous avez une parfaite maîtrise de la langue française et êtes à l’aise par téléphone -Vous avez le sens de l’écoute de l’autre -Vous justifiez d’une expérience en SAV

CONTRAT

CDD 6 mois puis transformation en CDI possible

SALAIRE

Selon profil

DESCRIPTION

Missions principales : -Répondre aux demandes (accueil téléphonique) d’aides techniques, de maintenance corrective ou préventive des clients -Gérer les réclamations de la clientèle -Réaliser un premier diagnostic selon les demandes -Donner des explications techniques à la clientèle -Valider les demandes de prise en charge d’interventions techniques (ex. : produits sous garantie) -Rédiger des rapports de diagnostic, décrire les dysfonctionnements ou difficultés techniques identifiées -Faire remonter les incidents observés aux services techniques, à sa hiérarchie, ou selon les cas auprès des fournisseurs -Suivre les problèmes techniques du SAV et apporter un support si nécessaire à différentes étapes de la résolution de la problématique Missions secondaires : -Contribuer à l’installation de stations de vélos et VAE en libre-service -Contribuer à l’installation de mobilier vélo (arceaux, racks, bornes de recharge VAE, casiers…) -Déplacements occasionnels en France

CONTACT

Merci d’envoyer CV + lettre de motivation à Pauline de Montmollin, DRH temps partagé Green On par mail à apch.conseil@gmail.com

 

Le nombre de VAE vendu en France en 2017 a doublé !

Les chiffres pour l’année 2017 de l’Observatoire du cycle ont été présentés en avril 2018. Le marché du vélo continue son ascension, il dépassait le milliard d’euros de chiffre d’affaire en 2016 : il dépasse les 2 milliards en 2017. Il s’est ainsi vendu près de 2.8 millions de vélos en 2017. Et cette croissance est fortement due au VAE : 255 000 VAE vendus en 2017, le double de l’année précédente !

Le VAE, une révolution des pratiques

Le marché confirme ainsi son immense potentiel, et amorce une révolution des usages de la mobilité en France : le VAE est le plus vertueux des véhicules à assistance électrique. Le vélotaf se répand, tout en espérant que s’améliorent encore davantage les aménagements cyclables afin d’encourager cette pratique.

VAE Green On vélopartage vélotaf

Les aides publiques

C’est grâce notamment aux aides de l’État grâce à la prime à l’achat, ou l’IKV, que ces ventes augmentent. Mais elles ne sont toujours pas très attractives (200€ maximum à l’achat d’un VAE), et restent réservées au domaine privé, alors qu’un plan vélo ambitieux pourrait ouvrir les aides aux collectivités qui sont particulièrement concernées par les problématiques de mobilité douce, et d’intermodalité. Pour atteindre l’objectif des 12.5% de part modale vélo à l’horizon 2030, qui est à 3% aujourd’hui, il y a encore du travail à faire, et des exemples à suivre. Strasbourg notamment, dans le rapport de la FUB, a une part modale vélo de 15%. Comment ? La ville a construit 300km de pistes cyclables, a généralisée les zones limitées à 30km/h, des parcs vélos sécurisés pour le stationnement longue durée, une signalétique dédiée aux vélos etc. Un changement en profondeur. Comparée à ses voisins, la France a encore une grande marge de progression : 10% de part modale en Allemagne pour le vélo, 20% à Bologne, et bien évidemment, 29% aux Pays Bas.

VAE Green On vélopartage vélotaf

Déployer un véritable plan vélo permettra de résorber les problèmes de mobilité des territoires : pollution de l’air, sonore, embouteillages, parkings pleins en ville, et nouveaux usages en zones rurales – pour offrir à chacun une solution de déplacement écologique adaptée aux besoins spécifiques.

Pour en savoir plus, le communiqué du Club des Villes & Territoires Cyclables.

Green On participera au forum New Work, en parallèle du salon Produrable

Le salon Produrable est le rendez-vous incontournable des acteurs de la RSE et de la nouvelle économie responsable. Au sein de ce salon, Green On sera présente sur le  « Village New Work » au Pavillon des Start-Up. NewWork est un side-event entièrement dédié aux révolutions du monde du travail. La question posée par cet évènement : « à quoi ressemblera le travail de demain » ?

Produrable Green On vélopartage vélo électrique

La question de l’évolution du travail

Le monde du travail est actuellement en pleine mutation : mondialisation, changements technologiques, nouvelles pratiques managériales. Si l’on en croit une étude du Think Tank « l’Institut du Futur », 85% des emplois en 2030 n’existent pas aujourd’hui.

Dans ce contexte de mutation profonde du monde du travail, Green On intervient en proposant un mode de transport alternatif à l’autosolisme. Outre les bénéfices environnementaux, le vélo électrique pose la question plus large de la mobilité des salariés, leur permettant d’accéder à un mode de transport individuel, flexible et rapide.
Et lorsque on les interroge, 68% des Français font de l’agilité la compétence clé que les travailleurs devront maîtriser dans le futur, et 42% d’entre eux se disent séduits par l’idée que les travailleurs seront demain tous nomades et que ce sera la fin du bureau comme lieu de travail principal (Etude JLL, « Travail liquide, augmenté, disrupté… Pour quel futur les Français sont-ils prêts ? », mars 2017).

Comment l’entreprise peut-elle contribuer plus et mieux à la société ? Quelle séparation, quel équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ? Comment améliorer le bien-être au travail ? Santé, économies, ville apaisée, temps gagné, plaisir de se déplacer… Le vélo apparaît comme un maillon crucial de la mobilité pour répondre à tous ces enjeux. Par sa simplicité et sa flexibilité, il constitue un levier indéniable de changement pour tous, territoires,  organisations privées et publiques.

Le salon Produrable

Organisé sous le haut patronage du Ministère de la Transition écologique et solidaire, soutenu par les principaux réseaux professionnels (EPE, ORSE, OREE, etc.), la 11ème édition aura lieu les 4 & 5 avril 2018 au Palais des Congrès de Paris, avec le fil conducteur « Primum Non Nocere… » (En premier lieu, ne pas nuire…).

Plus de 5 000 visiteurs sont attendus et assisteront aux 90 plénières, tables rondes, keynotes et ateliers. Venez nous voir pour découvrir nos solutions de véopoartage de vélos électriques, une station de démonstration et nos vélos vous attendent.

« En premier lieu, ne pas nuire … ». Le principe de non malfaisance est au cœur de la Transition écologique et solidaire qui s’impose. Tout commence par là : construire sans détruire, exploiter sans spolier, produire sans contaminer le vivant, nourrir sans compromettre la santé, travailler sans asservir, et gagner sans exclure… Au-delà, il y aurait le « faire du bien » … C’est l’étape du dessus, celle des « Best in Class », qui compensent, restaurent et réparent, qui rétablissent le lien de confiance entre l’économie et l’homme, qui inscrivent même dans leur mission, voire leur statut, la poursuite d’un intérêt général. Les organisations, les entreprises, et aujourd’hui les marques, prennent enfin la mesure de l’enjeu et sont en ordre de marche !

Plus d’informations sur www.produrable.com et www.new-work.co

Produrable

Produrable

Le vélotaf : un bref guide pour tout savoir sur ses bénéfices

Les beaux jours arrivent (les grèves aussi), nous vous proposons d’en profiter (et de les éviter si possible) : mettez-vous au vélotaf ! Et le mieux : pas besoin d’être sportif ou de se préparer au Tour de France. Il s’agit plutôt de démarrer en douceur et prendre de bonnes habitudes. Vous pourrez y prendre goût et vous lancer dans une carrière professionnelle par la suite si vous le souhaitez. Et pour ce faire, rien de mieux que de se rendre chaque jour au travail à vélo (d’où vient le mot vélotaf ). Vous allez voir que vous aurez tout à gagner à adopter ce mode de déplacement aux multiples avantages. Pour vous motiver, voici quelques informations à retenir. N’hésitez pas à les partager autour de vous. Vous pourrez certainement encourager la famille, les amis et les collègues qui pourront peut-être devenir vos futurs compagnons de pistes.

C’est écologique

L’argument est simple : une étude estime que la pollution aux particules fines provoque 48 000 morts prématurées par an en France.

Face aux problématiques de mobilité en ville, nous proposons, à notre échelle, le vélotaf, une alternative à la voiture individuelle. Les trajets domicile/bureau sont la principale de cause de nuisance et de congestion : en 2009, 70% des actifs utilisaient leur voiture pour se rendre au travail, et la moitié des salariés travaillent à moins de 8 kilomètres de chez eux (chiffres de l’INSEE). Parmi tous les modes de déplacements, le vélo ne représentait que 2%, il est passé à 4% aujourd’hui !

Alors qu’en faisant 10 km de vélo par jour, soit 5 km aller/retour, vous allez pouvoir contribuer à économiser 700 kgs de CO2 en un an. Le calcul est simple, et la marge de progression immense !

C’est économique

L’ADEME a mis en place un Comparateur de déplacements selon différents modes de transports pour permettre de bien évaluer les impacts. On a fait le calcul : pour un trajet aller-retour domicile/bureau de 10km et en voiture, la consommation d’énergie serait 1.27 kg en essence pour 4.04 kg de CO².

vélotaf ademe

Et on a fait un autre calcul pour les vélos électriques. En admettant que le vélo possède une batterie standard de 400Wh, et sachant que le coût actuel du KWh d’électricité est d’environ 0,15 le kWh : 0,400 kWH x 0,15 euros = 0,06. Une recharge complète de la batterie coûtera donc 0,06 euros. Si l’on travaille à environ 5km de son travail, sachant que la batterie à une autonomie d’environ 50km, et que l’on travaille 5 jours par semaines : 0.24 centimes par mois en coût énergétique.  Je vous laisse comparer au cours du pétrole.

C’est rapide

En ville, un adepte du vélotaf est beaucoup plus rapide qu’une voiture. L’ADEME elle-même le confirme. En vélo, vous roulez en moyenne à 15km/h contre 14 pour la voiture. Le vélo électrique, lui monte à 25 km/h sans efforts (ni pour lui ni pour vous, c’est l’avantage). Et vous évitez en plus les embouteillages. Vous arrivez plus vite au travail tout en étant plus frais – et sans transpirer avec un VAE.

C’est sain

On ne vous apprend rien, l’équivalent de 30 minutes de marche par jour permet de se préserver des maladies vasculaires et cérébrales. Pédaler réduirait les risques de cancer de 15 à 40%. Et plus surprenant encore, c’est à vélo qu’on est le moins exposé aux polluants – la raison est simple : en voiture, l’aération par laquelle entre l’air que vous respirer dans l’habitacle est située au niveau des pots d’échappements, alors qu’en vélo vous êtes plus haut.

Le vélotaf est encouragé

L’IKV. Si vous ne connaissiez pas, nous vous conseillons vivement de vous renseigner. On peut maintenant jouir de l’indemnité kilométrique vélo (IKV). Son fonctionnement s’inscrit dans la loi relative de transition énergétique. Versée à ceux qui utilisent le vélo, cette indemnité est calculée en fonction du nombre de kilomètres parcourus. A hauteur de 0.25 € par kilomètres parcouru, elle tient compte de la distance la plus courte effectuée sur le trajet domicile-travail-gare. Aussi, elle est exempte de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu. Toutefois l’application de l’IKV, n’est pas obligatoire. Laissée à la bonne guise de l’employeur, celui-ci peut décider ou non de l’appliquer. Dans le cas de son application, elle se fait soit en accord avec les représentants syndicaux de la société ou par une décision exclusive de l’employeur après consultation du comité d’entreprise.

C’est toujours un plus…et la ministre Elizabeth Borne souhaite la rendre obligatoire. Vous pourriez être le prescripteur de cette nouvelle aide dans votre entreprise, qui y gagnerait en termes d’image, et de RH

Une station de vélos en libre-service en expérimentation à la Gare de Saint-Nazaire

La SNCF et la CARENE s’associent pour ouvrir avec la société Green On une station de vélos en libre-service, à la gare de Saint-Nazaire et bientôt à la gare de Pornichet.

Le dernier kilomètre

C’est une problématique dont nous entendons de plus en plus parler, il s’agit essentiellement de l’idée selon laquelle c’est le dernier kilomètre parcouru qui est le plus difficile. Pour aller à la gare, ou en venir, il n’existe pas d’alternatives à la marche, la voiture ou les transports en commun. Pour les usagers de la Gare de Saint-Nazaire, la Communauté d’agglomération de la région nazairienne et de l’estuaire (CARENE) et la SNCF expérimentent donc une station de vélos en libre-service afin d’offrir aux usagers une option supplémentaire, plus souple, rapide et confortable, permettant d’éviter l’usage de la voiture, augmentant l’espace disponible pour le parking, réduisant le trafic sur les routes, et réduisant les émissions de CO₂.

Pour les usagers quotidiens

Les trajets gare/bureau et domicile/gare sont particulièrement visés. Venir le matin, prendre un vélo et le ramener le soir : cette nouvelle offre vise principalement les abonnés et les professionnels en déplacement pour la journée. Mais tout le monde peut louer le vélo en libre-service, d’autant plus que s’ouvre bientôt une nouvelle station à Pornichet.

Green On solutions de vélopartage station de vélos en libre-service

Alors combien coûte le service ?

  • Pour les abonnés TER : 9€ par mois pour un usage régulier, 0,5€ de l’heure pour un usage occasionnel.
  • Pour tous les autres utilisateurs : 1€ de l’heure

Les vélos en libre-service, comment ça marche ?

La société Green On inclut dans son offre une plateforme dédiée, accessible sur smartphone, permettant à tous de s’enregistrer afin de retirer le vélo à l’aide d’un code fourni après la demande d’inscription. La plateforme permet aussi de savoir si des vélos sont disponibles en borne, où que vous soyez, afin de prévoir vos itinéraires en fonction des disponibilités.

Ainsi, 45 vélos sont disponibles à la gare de Saint-Nazaire, et 15 à Pornichet. Pour vous inscrire c’est très simple en vous rendant sur vls-carene.fr.

L’ouverture au public prévue le 12 mars à Saint-Nazaire et dans les semaines à venir à Pornichet.

Pour rendre la ville plus agréable, You2You fait appel aux particuliers, pour réduire le trafic logistique en ville.

La logistique urbaine est un système complexe, et les grands acteurs du secteur rencontrent de nombreuses difficultés à en appréhender les évolutions. Pour beaucoup, le respect de l’environnement et la rentabilité ne vont pas de pair, les livraisons multiples et la fluidité du trafic en ville non plus. Pour répondre à ces problématiques, des startups innovantes, dont le modèle repose sur le collaboratif, font leur apparition. C’est le cas de You2You.

You2You

La problématique de la logistique urbaine

Avec l’avènement du e-commerce, et sa constante croissance, le nombre de livraisons chez les ménages a explosé (en France, les ventes en ligne ont augmenté de 15% en 2017). Les effets de telles mutations des modes de consommation ont leurs points noirs : le transport de fret en ville y engendre 20 % du trafic, 30 % de l’occupation de la voirie et jusqu’à 50 % des émissions de gaz à effet de serre et de polluants locaux liées au transport, selon l’Observatoire des politiques et stratégies de transport en Europe. Alors que des circuits très matures techniquement voient le jour, comme le réseau de super-entrepôts d’Amazon, la logistique urbaine reste mal organisée dans de nombreuses villes de France et d’Europe.
Utilisant des véhicules lourds, parfois vétustes et (encore) mal remplis, elle a d’immenses progrès à faire pour s’améliorer, aussi bien pour réduire les nuisances ou pour augmenter son efficacité.

La réponse de You2You

You2You est une startup de la French Tech qui propose une plateforme technologique inédite, connectant les acteurs du e-commerce (retailers, logisticiens, transporteurs..) avec une communauté de particuliers, qui livrent sur leurs trajets personnels. L’idée est simple : greffer le flux de livraisons quotidien aux déplacements du grand public, pour apporter une réponse innovante, économique et collaborative aux problématiques évoquées ci-dessus. Le particulier devient ainsi livreur. Grâce à cela, on peut remplacer le trajet effectué par le camion d’un logisticien classique, par un trajet réalisé par un particulier, trajet qui était prévu dans tous les cas. Cela offre une alternative propre et flexible aux infrastructures lourdes conventionnelles, tout en délivrant une touche plus humaine au client final.

Du côté des clients expéditeurs , You2You permet une livraison sur créneau, à partir de 4€50. Une offre très compétitive par rapport aux prestataires classiques, parfaitement adaptée aux besoins des jeunes startups du e-commerce.

Pour les particuliers qui livrent , les “Youzers” , l’application leur permet de livrer des colis sur leurs trajets quotidiens, commes les déplacements domicile-travail, et de générer un revenus complémentaire facilement et sans contrainte. La “cagnotte” mensuelle des
Youzers est plafonnée à 400€, ils ne peuvent donc pas en faire une source de revenus
principale.

Une entreprise jeune en pleine progression

Crée en septembre 2015 par Hervé Lescure, You2You compte aujourd’hui près de 20 collaborateurs, plus de 1600 entreprises clientes et plus de 40 000 Youzers. Le concept s’est développé dans d’autres villes Françaises et est maintenant en activité à Paris, Lyon, Lille et Bordeaux. Le fond d’investissement Via ID, spécialisé dans les nouvelles mobilités, accompagne la société. Il est aussi au capital de Trusk, Heetch ou encore Drivy. En 2018, l’entreprise lance un grand partenariat avec DHL, l’un des leaders mondiaux de la logistique, pour prendre en charge ses livraisons urbaines, dans Paris pour commencer.

Green On sur le stand du tourisme durable au salon mondial du tourisme

Venez nous voir au Salon Mondial du Tourisme

Green On sera présent au salon mondial du tourisme, du 15 au 18 mars, espace « tourisme durable ».

Le tourisme, une problématique majeure de la mobilité

Alors que l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) annonce plus d’1,2 milliard de touristes en 2016, comment intégrer ces flux aux nouvelles solutions de la mobilité durable ? Et comment les professionnels peuvent-ils adapter et valoriser leur offre face à un touriste aux multiples visages tout en conservant une éthique qui tient compte de l’environnement humain et naturel ?

Le salon Mondial du Tourisme est partenaire des Palmes du Tourisme Durable, organisée par ATD – Acteurs du tourisme durable et Tourmag.com. Il accueille à ce titre les lauréats 2017 : Ecolodge La belle verte, Echologia, Réseau des Grands des Sites de France, Babel voyages, Terres des Andes, et bien entendu, votre serviteur : Green On.

Pourquoi le tourisme et Green On ?

C’est simple : notre action vise à démocratiser le vélo, et de manière générale, la pratique cycliste est porteuse de progrès sur les plans de
La mobilité (circulation et stationnement facilités),
La santé des utilisateurs (activité physique) et des usagers de la ville (meilleure qualité de vie, nuisances aériennes et sonores réduites) ;
L’environnement (moindre place de la voiture au profit d’un transport sans émission carbone à l’exploitation).

Ainsi, le secteur du tourisme serait bien en mal de se passer d’un service pareil. Proposer un service de vélopartage de vélos électriques ou classiques permet de se démarquer de ses concurrents et anticiper les offres mobilité de demain, tout en profitant des retombées médias d’un projet pilote.

Il permet aussi de manifester publiquement un engagement en faveur de l’environnement en promouvant des modes de transport plus durables et en participant à réduire les nuisances urbaines.

Green On a donc travaillé pour de nombreuses entreprises du tourisme, en fournissant des vélos, en équipant un complexe hôtelier, des gares de train, des parkings, etc. Tous ces services permettent d’enjoliver le cadre, promouvoir des déplacements doux, prisés par les touristes, et donner une belle image de l’entreprise comme de la collectivité à l’international.

Alors au plaisir de vous croiser dans les allées du salon, ou sur notre stand, Hall 4, stand H 38 (pas loin du restaurant 😊)

Plus d’informations : www.salons-du-tourisme.com/paris
#salondutourisme #paris

Dossier Plan de Mobilité : Quels impacts attendre du plan de mobilité ?

Les avantages de la mise en place du plan de mobilité

Le vélo : une solution pour le plan de mobilité

Dans le cadre de la loi mobilité, le vélo est l’un des premiers moyens de transport recommandé pour remplacer la voiture particulière. Ainsi, le plan de mobilité encouragé par le gouvernement permettra de changer les habitudes de transport. Après étude, choisir le vélo c’est lutter contre l’effet de serre, préserver sa santé, sélectionner un moyen de transport sécurisé, réaliser des économies d’énergie et soutenir son entreprise dans sa démarche de réduction de la pollution en ville.

Le vélo : ses effets positifs sur l’environnement

L’utilisation du vélo urbain entraîne d’importants effets positifs sur l’environnement puisqu’il ne produit aucune émission de particules fines ni d’énergie fossile et en conséquence ne rejette pas de CO2. De plus, le vélo offre des avantages sur l’aménagement urbain pour une ville durable. Il permet aux villes d’obtenir des voies de communication peu encombrées et d’utiliser beaucoup moins d’espace qu’une voiture pour se garer. Une place de voiture permet de ranger 7 à 9 vélos.

Le vélo pour une meilleure santé

Nos habitudes de transport ont une incidence importante sur notre santé. Aller au travail en vélo réduit les AVC, les maladies cardio-vasculaire, plusieurs types de cancer, mais aussi, diminue le risque de maladies comme l’ostéoporose, le diabète de type 2… et permet de mieux gérer son stress. À savoir que 30 minutes par jour de vélo a pour conséquence de réduire de 30 % les risques de contracter une maladie cardio-vasculaire. Concernant les accidents de la route, les statistiques indiquent qu’il y a 1 mort lié au trafic routier contre 4 par la pollution et plus de 8 par le manque d’activité physique. Des études ont été menées prouvant que les cyclistes ne sont pas davantage exposés aux polluants que les conducteurs de voiture. Au contraire, le cycliste est moins exposé en intensité et en temps à la pollution atmosphérique. Le vélo est donc un excellent moyen pour améliorer ses conditions physique, entretenir sa forme et mieux supporter le stress.

Le vélo : un moyen de transport sécurisé

Grâce aux nombreux itinéraires cyclables créés dans les villes, le vélo urbain est un mode de transport plus sûr que la voiture. De plus en plus, la limitation de vitesse des voitures est abaissée à 30 kilomètres heure dans les centres villes, ce qui génère une diminution des risques d’accident pour les cyclistes. Ce mode de transport durable est une solution rapide puisqu’un cycliste roule à 15 kilomètres heure en ville alors que la vitesse moyenne d’un véhicule est de 14 kilomètres heure.

Le vélo : un moyen de transport économique

En sélectionnant le vélo comme mode de transport, ce sont autant les ménages que les collectivités qui réduisent leurs dépenses. À contrario de la voiture, le vélo ne dépense aucune énergie, une façon importante de réduire le budget transport des ménages. Une famille qui modifie ses habitudes de transport, passant de la voiture au vélo, une mobilité douce, réduit son budget transport pratiquement de moitié. Le coût de l’indemnité kilométrique du vélo reste faible par rapport à celui de la voiture. Le vélo demande peu d’entretien. Chaque famille le constate, la voiture est un véritable gouffre financier lorsqu’on additionne le prix du véhicule, son entretien, l’essence et l’assurance. Concernant les collectivités, l’État et les départements engagent régulièrement des dépenses conséquentes pour entretenir les routes. Les frais des itinéraires cyclables sont plus faibles – et pour voir combien coûte un vélo électrique, voici notre article. Les coûts calculés : 0.06€ par recharge.

Le plan de mobilité et les avantages pour une entreprise d’inciter ses salariés à des déplacements en vélo

Pour les entreprises dont les salariés choisissent le vélo, il est constaté que ces derniers sont moins stressés, donc plus productifs. Une étude réalisée par l’university of east anglia souligne que les salariés allant travailler en vélo sont plus heureux que les autres. Ils profitent d’un transport doux puisqu’ils roulent à leur rythme sans rencontrer d’embouteillages. Les déplacements sont effectués plus rapidement qu’en voiture. Grâce à la mise en place du P.D.E. l’entreprise bénéficie de plusieurs aides écomobilité provenant de l’ADEME et du Conseil régional. Les entreprises qui structurent un plan de mobilité, afin d’inciter les salariés à développer les trajets en vélo, voient une solution au stationnement : une place de vélo demande 5 fois moins de m² qu’une voiture.

Dernier argument mais non des moindre : l’image et une meilleure gestion des ressources humaines. Car mettre à disposition des salariés un service de vélopartage, c’est se démarquer, attirer de meilleurs profils et garder ses meilleurs éléments. Attirer les talents et faisant du vélo et en cultivant une bonne image, auprès de ses salariés comme auprès du public, le plan de mobilité permettra d’améliorer sensiblement toutes les facettes de la vie en entreprise et leur compétitivité sur le marché du travail. Tout le monde y gagne.

Mobilité durable : l’indemnité kilométrique

Une station de VAE avec borne de rechargement

Indemnité kilométrique vélo : principes et avantages

Pour encourager les employés à l’utilisation du vélo, la loi prévoit un système d’indemnisation pour ceux qui en font usage pour se rendre sur leur lieu de travail. Appelée indemnité kilométrique vélo, cette disposition n’est certes pas obligatoire, mais elle est profitable aux entreprises qui y adhèrent.

Comprendre l’indemnité kilométrique vélo

La dite indemnité kilométrique vélo (IKV) est une disposition qui implique une prise en charge des frais liés aux déplacements à vélos pour le trajet domicile-travail. Versée qu’à ceux qui utilisent le vélo, cette indemnité est calculée en fonction du nombre de kilomètres parcourus. A hauteur de 0.25 € par kilomètres parcouru, elle tient compte de la distance la plus courte effectuée sur le trajet domicile-travail-gare. Aussi, elle est exempte de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu. Toutefois l’application de l’IKV, n’est pas obligatoire.

Laissée à la bonne guise de l’employeur, celui-ci peut décider ou non de l’appliquer. Dans le cas échéant de son application, elle se fait soit en accord avec les représentants syndicaux de la société ou par une décision exclusive de l’employeur après consultation du comité d’entreprise.

Spécialement dirigée vers le secteur privé, l’indemnité kilométrique vélo est notamment applicable au secteur public à titre expérimental. Sont concernés depuis septembre 2016, les agents des ministères en charge du logement, du développement durable, et des institutions publiques. Ce test est valide jusqu’au 31 août 2018.

Aussi, le remboursement des 50% des abonnements aux transports collectifs peut être cumulé à l’IKV. Cela n’est possible que si le vélo est utilisé pour un trajet de rabattement. C’est-à-dire, un parcours effectué à vélo pour se rendre soit à une gare ou à une station.
Pour profiter de l’indemnité kilométrique vélo, la loi ne prévoit pas de documents justificatifs spécifiques. Cependant, il est parfois demandé à l’employé de fournir une déclaration sur l’honneur concernant son utilisation du vélo comme moyen de transport et d’autres pièces justificatives que l’employeur jugerait utile. Il est également à noter que l’indemnité versée à l’employé ne doit pas aller au delà de 200 €. Cependant, l’employeur peut lui-même fixer son montant minimum ainsi que son plafond.
Sont pris en compte pour cette disposition, tous types de vélos : le vélo électrique, les vélos cargos, les vélos pliants, les vélos couchés, tandem, les vélos ordinaires dits classique, etc.

Indemnité kilométrique vélo VAE électrique mobilité durable

Une station de VAE avec borne de rechargement Green On

Pourquoi adopter l’Indemnité kilométrique vélo ?

Relative à la loi de finance rectificative (LFR) de 2015, les employeurs qui épousent la politique de l’indemnité kilométrique vélo, bénéficient d’une exonération de cotisations sociales. Cette exonération ne doit excéder la limite de 200 € par an, et par employé.
Quant à l’employé, il est exonéré d’impôts sur son revenu.

Pour aller plus loin, l’indemnité kilométrique vélo a pour but de faire la promotion des moyens de transport doux. Impact environnemental bénéfique, apport à la santé, travailleurs heureux, les entreprises qui ont testés l’indemnité kilométrique vélo ont vu l’effectif des travailleurs utilisant le vélo augmenter.

Eco-Conduite : passer de la voiture au vélo

Photo by Adrian Williams on Unsplash

Pourquoi utiliser le vélo plutôt que la voiture pour ses déplacements

Vous en avez assez d’arriver stressé, nerveux et surtout en retard à votre travail ? Certes, votre voiture est spacieuse et belle, mais elle ne vous apportera surement pas autant de bonheur que le vélo électrique. Un bref retour sur le principe dit « eco-conduite »

Terminés les embouteillages et ses contraintes

En optant pour le VAE, vous pourrez slalomer entre les voitures durant les heures de pointe, vous faufiler dans les raccourcis et les recoins, gravir les côtes sans effort et repartir facilement après chaque feu. Le vélo à assistance électrique contribue d’ailleurs à garantir une ville plus durable. En adoptant une eco-conduite, vous arrivez non seulement à l’heure, faites du sport, mais participez également au respect de l’environnement.

Distances plus longues VAE Green on velopartage velo electrique eco-conduite

Particulièrement utilisé pour le trajet domicile-travail, le vélo à assistance électrique se présente comme l’un des moyens de transport les plus pratiques et confortables pour se déplacer en milieu urbain. Il permet d’échapper aux insupportables inconforts du bus, aux annulations et retards des métros, mais surtout aux grosses dépenses engendrées par les véhicules particuliers. La facilité qu’apporte l’assistance électrique permet de plus de faire de plus grandes distances.

Eco-conduite : pour le plaisir de se déplacer

Pollution de l’air, effet de serre ou encore dégradation du paysage, les impacts de l’automobile sur l’environnement sont tout sauf négligeables. Le mal-être et l’atteinte à la santé du conducteur comme des piétons se font toujours plus présents dans notre quotidien. La notion dite « eco-mobilité » apparaît donc naturellement.

Cette solution de mobilité durable contribue à améliorer notre confort et notre santé en nous incitant à faire de l’exercice tout en restant pratique. Ainsi, un vélo électrique permet d’éviter des trajets en voiture – moins polluer, moins encombrer les rues et les places en ville – mais aussi permet de pratiquer une activité physique régulière.

VAE vélo électrique green on eco-conduite

Gagner du temps et de l’argent

D’après l’étude « Etude d’évaluation sur les services vélos »menée par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) (qui nous a par ailleurs fournis les chiffres que vous voyez au-dessus), les déplacements en vélo électrique seraient plus rapides que ceux en voiture en agglomérations urbaines.

Beaucoup préfèrent notamment le vélo à assistance électrique à la voiture grâce aux plus faibles dépenses en carburant et en entretien. La fréquence et les coûts d’entretien sont, en effet, presque trois fois moins importants pour le vélo partage que pour les véhicules particuliers.

Alors combien coûte un vélo électrique ? Faisons le calcul. En admettant que le vélo possède une batterie standard de 400Wh, et sachant que le coût actuel du KWh d’électricité est d’environ 0,15 le kWh : 0,400 kWH x 0,15 euros = 0,06. Une recharge complète de la batterie coûtera donc 0,06 euros. Si l’on travaille à environ 5km de son travail, sachant que la batterie à une autonomie d’environ 50km, et que l’on travaille 5 jours par semaines : 0.24 centimes par mois en coût énergétique.  Je vous laisse comparer au cours du pétrole.

Par souci d’objectivité, notons tout de même qu’il faut ajouter à cela le coût d’entretien régulier, le rachat de la batterie tous les 4 ans environ (elles supportent en moyenne 500 charges), et bien entendu la charge initiale de l’achat du vélo. Tous ces ajouts restent cependant largement inférieur à la voiture et au scooter. Le mot eco-conduite peut alors se comprendre dans les deux sens du terme.

Bonne route à tous !