webleads-tracker

Bonne nouvelle : Bonus de 200 € pour l’achat d’un vélo électrique

Coup de pouce de fin de mandat pour les adeptes de la mobilité légère et non polluante : désormais, pour l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE), un « bonus écologique » de 200 euros sera attribué à son acquéreur.

L’État accorde une subvention de 20% du prix, le maximum étant fixé à 200 euros, pour l’achat d’un VAE.

Pourquoi ce décret ?

Ce décret a pour ambition d’enclencher une véritable « révolution du transport électrique » conformément aux vœux de Ségolène Royal. Cette mesure a en effet avant tout été mise en place pour favoriser le VAE pour les trajets effectués en véhicule polluant, comme la voiture ou le scooter.

Le Club des villes et territoires cyclables estime que la mise en place de la mesure est « un signal fort et un accélérateur du changement efficace ! ». Elle rejoint la démarche ayant institué un bonus écologique pour les voitures électriques et hybrides.

Qui est concerné par cette aide ?

  • Tous les particuliers, dans la limite d’un versement par acheteur,
  • Les entreprises et les collectivités, sans limitation de nombre.

Chaque acheteur devra également présenter sa facture pour un achat réalisé entre le 19 février 2017 et le 31 janvier 2018.

Comment bénéficier de l’aide ?

Se rendre sur le site de l’Agence de Services et de Paiement (ASP) où un formulaire sera disponible dès le 1er mars 2017.

En attendant, voici les pièces qu’il sera nécessaire de joindre à celui-ci :

  • Un justificatif de domicile en France de moins de trois mois,
  • Une copie d’un justificatif d’identité,
  • Une copie de la facture du cycle à pédalage assisté.

La demande d’aide devra être transmise à l’ASP dans les six mois suivant la date de facturation du vélo.

Bon à savoir :

  • La condition principale pour pouvoir souscrire à cette aide, est que le vélo doit avoir une puissance maximale du moteur inférieure à 3kW et ne doit pas disposer d’une batterie au plomb.
  • Cette aide n’est pas cumulable avec celles qui peuvent éventuellement déjà être accordées par certaines collectivités locales telles que Paris, Lille, Nantes, et bien d’autres encore.

Quid du vélo classique ?

Certains acteurs du vélo tel que le président de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB), Olivier SCHNEIDER, se positionnent déjà pour réclamer que la mesure soit étendue au vélo classique, (« à assistance musculaire »), encore moins polluant.

Il précise dans une interview : «J’incite tous les français qui peuvent se passer d’assistance électrique de rouler tout simplement à vélo, c’est encore meilleur pour l’environnement, pour leur santé et pour leur portefeuille. » Le vélo classique ne bénéficie effectivement d’aucune aide concrète mais ce décret reste malgré tout « un bon premier pas », d’après lui.

Quels impacts en attendre ?

L’impact de la subvention sera difficile à évaluer : « De toute façon, il se vend chaque année davantage de VAE que l’année précédente. Les ventes auraient donc progressé en 2017, avec ou sans aide à l’achat », estime Olivier Schneider.

Cependant, l’Etat espère pouvoir réduire la pollution de l’air en substituant des VAE aux deux-roues motorisés et voitures, tout en allégeant les efforts et la sur-ventilation des cyclistes fragiles.

La moitié des usagers du VAE  qui ont déjà bénéficié d’une aide locale à l’achat ont fait ce choix en remplacement de la voiture, selon l’étude de l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) sur les bénéfices des services vélo, nous pouvons donc espérer que ce phénomène se poursuive.

Par ailleurs, sachant qu’un VAE n’est pas à la portée de tous les budgets, ce décret peut être un moyen de lever un frein à l’achat existant chez certains consommateurs. Cela peut aussi permettre aux personnes intéressées d’investir dans des vélos de meilleure qualité (notamment fabriqués en France ou en Europe).